Compte rendu de la plénière exceptionnelle intersyndicale du 07 12 2017

Organisations Syndicales présentes : CGT- UNSA- FO – SUD – CGC

Nous faisons entendre à la direction notre désaccord contre les 2 conseils de discipline. Nous souhaitons la levée des sanctions. Il est dommage que ces dossiers ne se soient pas traités au niveau local, pourquoi ne pas avoir mis en place un dialogue ? N’est-il pas le rôle du manager, d’accompagner, de faire évoluer les chargés de clientèle ? Pourquoi les collègues n’ont pas été prévenus, pourquoi être tout de suite dans la répression ? La direction a-t-elle préféré faire un exemple sans penser à l’humain !

Nous n’aurons pas de réponse à nos questions, simplement la date est reculée au 19/12.

Mme BERNARDI nous informe qu’ils sont à notre écoute mais aucune décision ne sera prise en direct.

Nous informons sur l’iniquité des grades, au niveau du middle et du front sur des fonctions identiques.

Nous avons accompagné la nouvelle organisation, nos métiers ont changé, évolué mais pas notre grade !

Le middle se voit même demander des extras pour prouver leur 3.1 ! ! ! ! Ou de faire des rebonds alors que la fiche de poste n’intègre pas l’acte de vente.

Dernièrement il y a eu 2 RAP en 2017, mais nous constatons que tous les plateaux n’ont pas eu l’information.

Selon M NEAU, en début d’année un calendrier des RAP doit être affiché. Celui-ci est inexistant sur les plateaux. A chaque RAP, un affichage doit se faire.

 

Concernant les 3.1 gestionnaires clientèles, 12 postes sont à pourvoir au national, trop peu selon les Organisations Syndicales.

La GPEC (gestion prévisionnelle de l’emploi et des compétences) sera faite lors du second trimestre.

Sur le sujet de la masse salariale, le middle a de plus en plus d’activité et la masse salariale est de plus en plus diminuée. Quel est l’avenir pour le middle ? Les agents sont de plus en plus fatigués.

M MEURISSE nous répond revoir le découpage des taches car il est constaté qu’il y a une perte de temps dans la compréhension d’un dossier. Nous y opposons sachant que le chargé de clientèle a déjà trop d’administratif et rappelons-nous qu’un des objectifs de cette réorganisation était de diminuer l’administratif ! ! ! ! ! ! ! !

 

D’après la direction, les recrutements se font à hauteur de 50 % en interne et 50 % en externe. Le constat des OS est que trop peu d’agent interne sont retenus et sommes étonnés des 50 %.

Il est demandé un commissionnement pour le middle, pour motiver les agents.

Il y a un sentiment de subir les objectifs des BU, lors de perte de gros contrat mais aussi au vu des poids des différentes ZOE, des apports SAGA. Une iniquité plus constante par rapport à l’année dernière.

Nous démontrons la perte de commissionnement au T1 pour 8 agents cela représente 7807.8€ et au t2 pour 7 agents cela représente 4276.45€.

La réponse de la direction est que nous avons sélectionné les personnes ayant perdu le plus de pouvoir d’achat ! ! !

Nous leur demandons les chiffres des commissionnements 2016-2017 pour analyser leur dire. Pour la direction le commissionnement est plus homogène, comment peux-t-il l’être avec des ZOE déjà inéquitable !

Certain plateau pour éviter l’iniquité partage les sagas à la DVE.

M MEURISSE annonce une superformance plus attractive (moins de tranche).

Un regard sera fait sur la BU DOCAPOST.

Il est constaté que la part managérial DNT a été changée au mois de Novembre. Pourquoi ? pas de réponse.

Il y a un constat de plus en plus d’isolement de certaine personne suite à la maladie ou autre.

Concernant les problèmes techniques de SCORE, il est annoncé l’arrivée des RANGERS sur BORDEAUX pour analyser plus précisément les problèmes mais aussi le changement de tous les ordinateurs en janvier en processeur I5.

Nous indiquons la difficulté d’atteindre le temps de com souhaité du fait de ces problèmes et dénonçons le management commercial agressif.

 

On a l’exemple d’un manager qui laisse l’autonomie à ses vendeurs sur la question du temps de communication. Le constat est que son équipe à un bon temps de communication. Preuve en est que le harcèlement ne sert à rien et de plus nuit à l’état psychique du vendeur au lieu d’être accompagné.

Il est demandé le respect de la CNIL pour les écoutes, une note de service sera diffusée après validation du CHSCT.

A 14h45, Mme BERNARDI se lève pour arrêter la plénière sous prétexte qu’un tract est distribué sur Lyon. La direction s’enfuit en dénonçant cette distribution de tract, que le dialogue est dans les 2 sens. Le tract distribué reflète la déclaration préalable sur les conditions de plus en plus inhumain. Nous regrettons cette indifférence ! Nous étions la justement pour évoquer ces problèmes, il est important pour notre intersyndicale de donner les informations sur tous les plateaux téléventes et à la même hauteur. Il est temps de nous réunir au lieu de jouer l’individualisme, pour avancer, construire de meilleures conditions de travail.

 

 

 

 

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *